DR0607TC, assure rendement et qualité

En quête d’une nouvelle variété de tomate cerise pour une récolte vrac, Toby Wright vient d’adopter DR0607TC. Avec une conduite adaptée, la variété répond parfaitement aux attentes du marché. Mode d’emploi pour assurer la qualité et le rendement.

Toby Wright est arrivé en France en 2005. Cet Irlandais qui a terminé ses études d’agronomie au Royaume-Uni en 1998, est d’abord parti travailler au Kenya. Il a réalisé l’ensemble de son parcours professionnel dans le maraîchage et s’est installé en 2009 dans les Landes, sur la commune de Parentis-en-Born, où il gère l’entreprise Tom d’Aqui avec 5 autres producteurs, tous Paysans de Rougeline. Sur les 25 ha de serres de tomate implantés aujourd’hui sur le site, 15 ha sont des serres semi fermées, 10 ha correspondent à des serres en verre plus classiques. L’ensemble des cultures sont conduites en hors-sol sur substrat en coco.

Pour la production de tomate cerise vrac qui représente environ 3 ha, Toby Wright est à la recherche d’une nouvelle variété capable de résoudre des problèmes d’hétérogénéité de calibre et d’éclatement post récolte. C’est la raison pour laquelle il a décidé d’essayer plusieurs variétés cette saison, notamment DR0607TC.

Adapter la conduite de la plante pour une récolte vrac
Repérée l’an dernier chez des producteurs nantais qui récoltaient en grappe, DR0607TC semblait répondre aux attentes du marché pour ses qualités gustatives et sa tenue après récolte. En revanche, la variété semblait manquer d’un peu de vigueur en plein été et dans le cas de cultures dédiées à la récolte en grappe. Fort de ce constat, Toby Wright a décidé de conduire DR0607TC sur un porte-greffe vigoureux, en l’occurrence DR0141TX. Dans le cas de la récolte en vrac, DR0141TX étant suffisamment vigoureux, la décharge en fruits est régulière au cours de la saison et ce porte-greffe permet de conduire la culture en gardant une bonne vigueur en tête.

« Nous avons planté le 20 décembre des plants greffés sur une tête, à une densité de 2,5 têtes/m2. Nous avons augmenté la densité à 3,75 têtes/m2 à partir du 2ème bouquet, pour finir à 5 têtes/m2. L’objectif était de maintenir suffisamment de vigueur pour obtenir un maximum de bouquets fourchus et accroître ainsi le nombre de fruits/m2 », explique Toby Wright. « La variété a parfaitement bien répondu à nos attentes et je pense pouvoir encore accroitre ses performances en diminuant la densité (4,5 têtes/m2) pour que les bouquets fourchent davantage, obtenir ainsi plus de fruits/m2, tout en abaissant les coûts de production car nous aurons moins de plantes à travailler ».

Pour valoriser l’origine France
Mais DR0607TC n’a pas convaincu que par ses capacités de productivité. « La variété répond parfaitement aux attentes de nos clients : du goût, de la couleur et surtout, zéro éclatement.
Ce dernier point permet de récolter plus rouge. On accroît ainsi le rendement de cueillette, mais on améliore aussi le potentiel gustatif. Récoltée en vrac, DR0607TC est une variété de tomate cerise qui permet vraiment de se différencier sur le marché, de valoriser l’origine France par un fruit bien rouge et gustatif », souligne Toby Wright.

DR0607TC a également séduit pour la régularité de son calibre, du début à la fin de la saison, et pour son aptitude à pouvoir se récolter avec ou sans pédoncule. Car la récolte sans pédoncule n’entraîne aucune déchirure au niveau de l’attache des fruits. Ainsi, il est possible de s’adapter à tout moment aux besoins du marché, de jouer chaque fois que cela est possible la carte de la différenciation. Autre point positif : DR0607TC est résistante à la cladosporiose, une maladie qui pose d’importants problèmes de gestion du personnel car beaucoup de personnes sont sensibles à la présence de spores dans la serre et développent des maladies pulmonaires. Tous ses atouts font que DR0607TC devient la variété de tomate cerise de référence pour Tom d’Aqui. « Dès la saison prochaine, DR0607TC occupera une partie de nos surfaces en tomate cerise », affirme Toby Wright. « Aujourd’hui nous sommes sûrs de notre choix car avec 6 semaines consécutives de canicule, la saison 2018 était idéale pour bien évaluer les variétés et faire le bon choix ».