Davida, la variété idéale pour une culture longue !

En une saison, Davida a convaincu Louis Vinet, producteur nantais de concombre. Dans des conditions de serres peu lumineuses, la variété est idéale pour une 2ème culture se prolongeant jusqu’à début octobre, tout en conservant une belle qualité de fruits. 

Les serres de Louis Vinet se situent en périphérie de Nantes, sur la commune de Bouguenais. Elles comptent parmi les toutes dernières serres situées à l’intérieur de la rocade nantaise, signe d’une longue histoire familiale qui dure depuis 4 ou 5 générations. En effet, lorsque Louis Vinet s’installe en 2005 au Clos de la Fontaine (SCEA), il reprend 4 ha de serres dédiées jusque là à la production de roses. La fleur n’aillant plus vraiment d’avenir, il s’oriente vers la culture du concombre car les serres sont trop vieilles pour envisager la culture de la tomate. Et c’est sans regret !

Aujourd’hui Louis Vinet cultive le concombre sur 6 ha après avoir investi dans de nouvelles serres en 2013 et 2015. Il fait deux cultures annuelles, uniquement sur substrat en laine de roche, avec une conduite en parapluie et une densité de 1,8 plantes/m2. 

 

Linéaire sur grande longueur
En 2017, Louis Vinet teste Davida sur quelques rangs. Il constate des résultats positifs ce qui l’amène en 2018 à réserver 1 ha à cette variété en la positionnant en 2ème culture. Son objectif est de trouver une variété capable de tenir sur une longue période de production dans sa vieille serre horticole où les zones d’ombre sont plus nombreuses et conduisent à des conditions lumineuses non-optimales. Fin Septembre, il constate que Davida a bien rempli sa mission : plantée début Juin, elle est toujours en récolte mi-Septembre et devrait facilement pouvoir aller jusqu’aux semaines 40 ou 41. « Davida m’a convaincu pour trois raisons essentielles, d’une part la qualité de ses fruits, d’autre part sa productivité qui est très linéaire sur une longue période, et aussi sa bonne résistance aux bio-agresseurs, en particulier à l’oïdium », souligne Louis Vinet. Ce dernier explique que la variété est un peu longue à entrer en production, cependant elle trouve son équilibre assez rapidement. Il est facile de régler le climat pour guider le port de la plante. Davida se conduit avec une EC convenable mais sans excès, et il faut toujours rester vigilant sur le travail de plante. « Nous nous sommes un peu laissés déborder en août mais heureusement nous avons réussi à rattraper notre retard », précise Louis Vinet.

De beaux fruits du début à la fin de la culture
Même en conditions très chaudes comme ce fût le cas cet été, Davida reste sur des entre-nœuds moyens à courts, et sur un équilibre génératif. « Sans doute le secret de sa longévité en fin de saison », ajoute Louis Vinet. Les fruits sont de taille moyenne tout au long de la saison, qu’ils soient sur tiges ou sur axillaires. Ils sont bien verts, sans être ni trop foncés ni trop pâles. La conservation est bonne. « Davida est un concombre de taille parfaite, facile à mettre en carton et à expédier » résume Louis Vinet. 

Au chapitre des maladies, Louis Vinet a noté une très bonne résistance à l’oïdium, une faible sensibilité au pythium, et très peu d’attaques de mycosphoraella. « La résistance au CGMMV n’oriente pas directement mon choix variétal car mon site de production est pour l’heure indemne du virus, mais avec l’augmentation du nombre de cas, la résistance de Davida au CGMMV est un atout supplémentaire » souligne Louis Vinet. Il ajoute : « lorsque les plantes restent saines, la culture est forcément plus performante en fin de saison et cela explique en partie la très bonne endurance de la variété Davida sur des cycles longs de 13 à 14 semaines ». 

Alors que le bilan de fin de saison approche, Louis Vinet fait les comptes : « certes Davida n’est pas une variété qui permet d’accroître le rendement, mais elle se situe dans une bonne moyenne avec en prime une belle qualité de fruits du début jusqu’à la fin, et une longévité qui lui permet d’aller au delà des 13 à 14 semaines de culture. C’est la variété idéale pour une 2ème culture longue, et certainement aussi en 3ème culture. »