Equifort, conseil numéro 2 - 2020

Préparation du printemps, gestion de la charge en fruits/m2, et de l’humidité dans la serre.

 

Augmentation significative de la longueur du jour

A partir de mi-février, les longueurs de jour augmentent de façon significative. On bascule d’une durée de jour de 4 heures en décembre, à 12 heures au solstice de printemps. On passe de journée à 100 joules/jour, à des journées à 1000 joules par jour. Afin d’optimiser au mieux ce gain de lumière, on augmente la densité de plante/m2, à partir de la semaine 7, afin de transformer au maximum l’énergie lumineuse, en charge en fruits.

Par exemple, pour une culture de grappe plantée à 2,2 pl/m2 en semaine 48, on va passer à 3,3 pl/m2 en semaine 7, soit une prise d’extra-bras 1 plante sur 2.

Le choix de la densité finale, doit être raisonné en fonction du calibre recherché, et de la performance de l’outil, tout en ayant un objectif économique de maîtrise des temps de travaux.

L’extra-bras conservé en semaine 7 sera en fleur semaine 9, et la charge en fruit, augmentera bien avec le niveau de lumière.

Jusqu’au début de récolte sur le bras, la charge en fruit/m2 progresse. C’est une action générative, et cela demande de l’énergie à la plante. Eviter de monter en densité, tout en augmentant le nombre de fruits par bouquet, même avec un porte-greffe vigoureux.

La mise en place de l’extra-bras doit se faire de façon rationnelle pour optimiser au mieux la vigueur de l’extra-bras. La tête doit être inclinée devant l’extra-bras, dans le sens du training, afin que l’extra-bras puisse être toujours en pleine lumière. La ficelle principale est conduite sur l’extra-bras, et la tête est attachée avec une ficelle de couleur, de façon plus lâche, pour que la tête s’écarte bien du bras, et que chaque tige ait le même niveau de captation de lumière.

.

LA NOTE DE RUITER

La vigueur d’Equifort doit être gardée sous contrôle à cette période de l’année où la lumière croît fortement. Surveiller le diamètre de tige et la couverture foliaire, et effectuez si nécessaire les actions génératives pour bénéficier de sa « vigueur générative » au maximum et ne pas perdre cet équilibre installé. (Cf. Gestion foliaire, Gestion climatique, Gestion irrigation à travers les conseils donnés dans ce document.) Gardons en tête que cette vigueur générative est la source potentielle de poids moyen optimisés.                                                                                   

L’augmentation de densité, se traduit aussi par une augmentation significative de la surface foliaire, et cela a donc des répercussions sur la gestion de l’hygrométrie dans la serre.

Equifort permet de mieux maitriser cet aspect, ce qui est un atout important pour la gestion climatique.

Gestion de la surface foliaire

A partir du moment où l’on augmente la densité, on peut démarrer l’ablation d’une petite feuille en tête, toutes les semaines, ou tous les 15 jours selon les caractéristiques de la variété et de l’outil. Cela permet de mieux laisser circuler l’air autour de la plante, pour une meilleure activation.
MAIS, ne jamais systématiser une telle action, surtout si la vigueur de plante n’est pas suffisante. Jouer en priorité sur l’effeuillage bas de plante, pour permettre une bonne dynamique des flux d’air dans la serre, sans avoir recourt à une sur ventilation. On peut découvrir 2 bouquets verts, sans pénaliser le calibre. Il est important de bien lancer la vitesse de décharge en bas de plante, afin de maintenir une vigueur de tête constante.

Gestion climatique

Les jours augmentent rapidement, les watts/m2 sont vite importants, et le volume de végétation progresse en parallèle. Il faut donc anticiper la relance du matin, pour que la plante soit en capacité de bien travailler, lorsque la lumière arrive.

On vise en général 17°C au lever du jour, pour une culture de vigueur standard, et l’on réchauffe la serre de 1°C/heure. Il faut que la masse de végétation soit réchauffée avant que le soleil ne la réchauffe, sinon on condense sur la plante et sur les fruits, et cela entraine des problèmes sanitaires. On programme donc un mini rail environ 1 heure, à 1h30 avant le lever du jour, de 40 à 45°C, selon le volume de serre.

On reste très proche entre la consigne chauffage, et la consigne aération pendant toute la relance (0,3 à 0,5°C), afin de ne pas emprisonner l’humidité générée par la plante. Pas d’effet lumière le matin, attendre que toute la période de relance se soit stabilisée, sinon on créer vite une bulle trop moite entre 10h00 et 12h00. L’urgence ce n’est pas d’avoir chaud, mais c’est de créer de bonnes conditions pour un bon travail de plante. Ensuite optimiser au maximum la moyenne jour, et laisser la plante au repos la nuit. Eviter les effets lumière la nuit, préférer rallonger la durée du jour pour optimiser les moyennes 24 heures. 
Attention aussi, avec trop d’effet lumière en période de jour, à partir de mars. Il est préférable de travailler avec une température d’aération stable.
On jour plutôt sur la longueur du jour, plutôt que sur des pointes, et des variations.

Stimuler le travail de la plante, mais on ne doit plus chercher des actions trop génératives, les équilibres sont mis en place, et la charge en fruits /m2, devient un facteur de générativité important. Equifort permet un bon équilibre vigueur/générativité, il n’est pas nécessaire de forcer sur des conduites trop agressives.

En fonction des volumes de serres, mettre en place des mini châssis, dépendant de la température extérieure, afin de bien dynamiser les flux d’air autour de la plante, sans travailler de façon trop agressive avec l’aération. Bien affiner ces positions en fonction des observations, et les laisser en place des 2 cotés 24heures/24. Cela permet de « digérer » l’augmentation de densité, tout en conservant un climat actif.

Majorer en parallèle les niveaux de CO2 injectés dans la serre, afin d’être proportionnel à la surface foliaire.  On démarre environ 2 heures après le lever du jour, et on arrête 2 heures avant le coucher du soleil. Soit environ 800 à 1500 ppm selon la source de CO2 sur la période, pour optimiser au maximum la photosynthèse.
Attention, ne pas laisser s’échapper le CO2 pendant la période active : la consigne d’aération est déterminante.

Exemples

*

ou

Illustration ici avec un exemple de culture de Luminance sur Equifort, dans un outil lumineux, culture sur gouttière, on va plutôt viser 14 °C en consigne de pré-nuit, une consigne de nuit à 16°C en consigne de chauffage. Ensuite on va rester à 0,5°C d’écart chauffage/aération pendant la relance de jour, et viser 21,5°C en consigne d’aération en consigne jour. L’heure de fin d’activation sera fonction de l’heure de coucher du soleil, environ 1 heure avant le coucher du soleil. Programmer un effet lumière sur la période active, soit par exemple + 2°C de 200 à 500 watt. Bien vérifier les niveaux de watt possible sur la période, et la vitesse à laquelle cet effet s’incrémente sur la consigne d’aération. La vitesse de changement d’aération en fin d’activation se fera en fonction de l’aspect plus ou moins génératif que l’on souhaite imprimer à la plante. Le mini rail pendant la période active, doit rester sur une base de 50°C sur ce type de variété, mais l’on décote sur la température de serre atteinte, afin d’éviter un excès d’aération qui impact le niveau de CO2.

Gestion irrigation

Les besoins en eau vont s’accélérer. Il faut accompagner la consommation de la plante, pour conserver une bonne vigueur en tête. Mais il faut rester vigilant sur les pertes de poids de pain la nuit, pour conserver des plantes bien en matière sèche et génératives. On démarre les arrosages environ 2 heures après le lever du jour, pour un substrat classique, mais l’on cherche à avoir atteint le plateau de la balance en 3 arrosages. La plante doit avoir de l’eau facilement disponible lorsqu’elle commence à bien travailler, sinon la conductivité va monter. Avec la charge en fruit qui augmente, bien accompagner la fertilisation en potasse, pour la qualité et la coloration des fruits.

A bientôt pour de nouvelles informations.

Video

Découvrons à travers cette vidéo l’expérience et les conseils de Jean Marie Bizien concernant Equifort.

Voici la première question pour tenter de gagner la montre connectée :

  

Toutes les informations concernant les variétés et leur performance données oralement ou par écrit, par Bayer Group ou l’un de ses employés ou agents, sont données de bonne foi, mais ne doivent pas être considérées comme une représentation par Bayer Group des rendements ou aptitudes des variétés vendues. Ces rendements ou aptitudes peuvent varier en fonction du lieu, des conditions climatiques et autres causes. Bayer Group ne pourra être tenue pour responsable des informations données.

© 2020 Bayer Group. Tous droits réservés.
DeRuiter® is a registered trademark of Bayer Group.

Vous souhaitez plus d’informations sur Equifort ? Découvrez notre leaflet !

 Cliquez ici >>